À propos du vidéogiciel : Sonic : Adventure (DX Director’s Cut)

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 9 septembre 2021

Sonic : Adventure DX Director's Cut (PS3)

Le 9 juillet 2019

Pourquoi s‘infliger aujourd’hui Sonic Adventure ? Je vous le demande. Adolescent j’adorais y jouer sur Dreamcast chez mon voisin. Mais alors maintenant, à notre époque et sur PS3… Comment supporter ces murs invisibles, ces bugs de collision, cette caméra venue tout droit des enfers pour tourmenter le joueur ?

Comment supporter de déplacer un personnage qui cherche constamment à aller vite mais ne cesse de trébucher sur la première connerie qu’il rencontre ? Ça donne un espèce de sentiment d’échec permanent vite gavant.

Les musiques me faisaient rêver quand j’étais plus jeune (la plage, la vallée, Sonic, Tails) ; maintenant moins. Je réalise aussi que passés les deux premiers niveaux (la plage et la vallée donc) les environnements font tout sauf rêver, sont frustrants et désagréables. On n’a pas envie de s’y attarder (montagne en flammes, casino, vaisseau de guerre).

Enfin le challenge est aux abonnés absents. En tout cas pour terminer les histoires des persos à 100 %. Si on cherche à obtenir les 130 emblèmes là on doit utiliser ce qui s’apparente limite à des glitches, alors bon…

Je me suis arrêté à l’aventure de Big car la pêche est juste HORRIBLE. Autant dans Nier j’aimais beaucoup, autant je suis sûr que la pêche de Yakuza peut être cool, autant celle-là est nullissime, laborieuse et frustrante.

J’arrête donc la douleur et laisse ce Sonic Adventure reposer en paix au début des années 2000…

Verdict = dispensable