À propos du vidéogiciel : Doom : Classic Complete

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 9 septembre 2021

Doom : Classic Complete (PS3)

Je dirais qu'il a vieilli et à la fois pas vieilli. Il y a une efficacité ludique qu'on ressent dès qu'on commence à jouer au premier niveau du premier Doom. On doit se repérer dans un environnement labyrinthique, les ennemis nous tirent des projectiles qu'on doit esquiver en se déplaçant, on vise "au jugé" par rapport au milieu de l'écran, sans réticule… On a aussi une touche de sprint à actionner quand c'est nécessaire, c'est-à-dire quand pour esquiver un projectile ou s'éloigner d'un ennemi, on a besoin d'augmenter notre vitesse de déplacement.

On est donc très actif en jouant à Doom et tout cela marche toujours bien. Le portage sur PS3 bénéficie d'une fonction vibration appréciable et de sticks bien gérés pour la visée et les déplacements. Le seul gros bémol, c'est la sauvegarde, vraiment lente et lourdingue, qui oblige à mettre le jeu en pause.

Mais tout cela a aussi pas mal vieilli… Les niveaux sont abstraits, il y a bien un contexte évoqué de base spatiale envahie par les démons mais c'est extrêmement mince (rien à voir avec Doom 3) et cela ne marche pas. L'impression qui domine est de jouer à un jeu de shoot abstrait, sans personnage (malgré la bouille du Marine incarné visible en bas de l'écran), sans histoire et sans univers fort.

De plus, graphiquement c'est évidemment la fête aux pixels.

Personnellement je me suis lassé assez vite. Je n'ai terminé que le premier Doom, alors que ce jeu compile cinq ou six aventures (Plutonia Experiment, Master Levels, Doom 2…). J'ai le sentiment qu'une fois qu'on a fait un niveau d'un jeu, on les a un peu tous fait.

En terme de difficulté, je suis mitigé. La première difficulté a le mérite de rendre le jeu assez juste, en permettant de finir un niveau d'un trait si on fait attention à ne pas tomber dans un piège et en abordant les combats prudemment. Mais du coup c'est un peu trop facile. Sur les niveaux de difficulté supérieurs par contre, c'est vite impitoyable et on sent qu'on est censé sauvegarder à chaque pas, pour réessayer plein de fois chaque phase chaude jusqu'à y arriver, ce que je ne trouve pas très intéressant (un peu comme le mode Cauchemar de Doom 3 d'ailleurs).

Verdict = ok