À propos du vidéogiciel : Dead Space 3

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 9 septembre 2021

Dead Space 3 (PS3) // Le DLC « Awakened »

J'ai terminé le jeu original il y a longtemps, donc je ne sais pas trop si le scénario de ce DLC est bien cohérent avec la fin de DS3. Honnêtement l'histoire de Dead Space je n'ai jamais rien compris ; les histoires de lunes, de sectes, de marqueurs, de monolithes faux et vrai cela m'a toujours embrouillé. L'univers est un mélange de Silent Hill pour les hallucinations et le culte malsain, et de Doom 3 pour le gore spatial dans la pénombre et les voix d'outre-tombe.

Awakened contrairement au jeu original a le mérite de ne pas s'éterniser et d'être assez clair dans ses enjeux. Isaac et Carver ont la possibilité de rentrer sur Terre, mais ce faisant ne vont-ils pas permettre aux méchantes lunes de trouver le chemin de notre jolie planète ? Isaac en est assez vite persuadé, ce qui l'oppose à Carver qui croit juste qu'Issac pète un câble. De son côté Isaac est aux prises dans sa tête et dans la réalité avec un « prophète » de la secte, qui est invincible et le poursuit inlassablement (mais pas non plus en permanence).

On a donc notre petit cocktail d'horreur spatiale, très sombre, concis et efficace. La fin achève la trilogie sur un rebondissement cauchemardesque de grande envergure. J'ai joué en mode de difficulté « impossible » et c'était plutôt simple avec mon inventaire du jeu original, même si le dernier combat contre le prophète m'a demandé plusieurs tentatives, vu l'agressivité des horribles nécromorphes.

Verdict = ok

Dead Space 3 (PS3)

Assez bonne suprise après le 2 décevant, une aventure spatiale souvent oppressante avec un personnage féminin qu’on cherche à protéger (pas dans des phases de jeu) pour qu’elle puisse coucher avec le héros. A certains moments on se retrouve dans de grandes zones où on avance à son rythme et on explore les endroits dans l’ordre que l’on veut. Certains niveaux sont réservés à deux joueurs, donc on lancera la coop autour de ces niveaux pour qu’une âme charitable nous accompagne afin de compléter notre collection de pièces d’arme uniques.

Le nouveau sytème de forge permet de fabriquer ses propres armes et de les améliorer avec différents modules, sympa.

L’écriture est pathétique malheureusement, les combats toujours très nerveux requièrent d’utiliser la stase pour ralentir les ennemis. Un mouvement de roulade fait son apparition, dommage qu’il n’offre pas d’invulnérabilité temporaire (on peut se faire tuer en pleine roulade).

L’enjeu sentimental pour le héros est particulièrement menacé par un univers on ne peut plus sinistre et glauque où tout le monde meurt écartelé dans d’atroces souffrances dans un coin sombre. On affronte des humains connards aussi, qui croient que la venue des monstres est en fait une bonne chose !

Pas mal de phases en extérieur dans la neige à la montagne. Cela tranche avec les couloirs métalliques.

Une aventure longue et sympathique.

Verdict = ok