In Sound Mind (PS5)

Développé par : WE CREATE STUFF

Vous vous éveillez dans les couloirs d'un lieu étrange, un environnement qui s'anime de sa propre vie, où vous trouvez plusieurs victimes, sujets du même traitement expérimental. Votre quête de réponses vous confronte à des visions hallucinantes et à une multitude d'horreurs... ainsi qu'à un chat nommé Tonia.

Les créateurs du jeu culte Nightmare House 2 vous présentent In Sound Mind, jeu d'horreur en vue subjective plein d'esprit, d'énigmes et de combats de boss uniques. Parcourez une série de souvenirs troublants tandis que vous naviguez les méandres du seul endroit auquel vous n'échapperez jamais – votre propre esprit.

Caractéristiques
• Une nouvelle expérience d'horreur des créateurs de Nightmare House 2.
• Explorez des souvenirs terrifiants, dotés d'énigmes, mécanismes, armes et combats de boss uniques.
• Une BO envoûtante de la sensation Internet The Living Tombstone.
• Un récit imaginatif et déroutant, peuplé de nombreux compagnons improbables.
• Vous pouvez caresser le chat.
[1]

Quel étrange vidéogiciel que celui-ci. Je le trouve impossible à présenter simplement. De loin c'est un FPS, car on voit à travers les yeux du héros et il y a effectivement un pistolet et un fusil de chasse (c'est tout), mais les ennemis sont très peu nombreux et ce sont des espèces de fantômes avec une lumière au niveau de la tête (leur point faible). Clairement le combat n'est pas le coeur de In Sound Mind... mais c'en est bel et bien une des dimensions !

Très concrètement, on commence dans un immeuble, dans la cave plus précisément, et il y a deux étages d'habitations plus un toit. On ne peut pas sortir de l'immeuble. On peut distinguer à travers les fenêtres ou depuis le toit que le reste de la ville est inondé. Il ne semble y avoir aucune vie dans la ville autour. Dans cet immeuble on est régulièrement stoppé pare une porte verrouillée ou autre, et on doit trouver quel objet ramasser et utiliser pour ouvrir la voie. Des petites énigmes de progression typiques du genre du jeu dit « d'aventure », voire des « point'n'click ». On peut trouver aussi des comprimés, cachés, qui améliorent progressivement nos barres de vie, de sprint, de furtivité et peut-être (je ne me suis jamais penché sur ça) nos capacités de stockage de munition. Trouver tous les comprimés de l'immeuble est un objectif secondaire, qui est listé dans le menu des objectifs au même titre que les objectifs principaux.

Le personne que l'on incarne parle. C'est Desmond Wales, un psychologue (je ne crois pas que ce soit un psychiatre car il me semble qu'il ne prescrit pas de médicaments, mais je peux me tromper). L'immeuble dans lequel on se trouve est celui où il a son cabinet, et où il a son appartement. Il ne sait pas pourquoi l'immeuble est désert, pourquoi des portes sont bloquées, pourquoi une fumée noire et glaciale bloque certains passages, ni pourquoi la ville alentour est déserte et inondée.

In Sound Mind possède une étrangeté qui se retrouve dans toute l'aventure : la combinaison d'un environnement qui a tout du fantastique, de l'onirique, du rêvé, bref de l'iréel, avec des enjeux extrêment concrets et terre-à-terre. Les enjeux du public, le challenge, sont toujours des choses « physiques », comme rétablir le courant, casser un cadenas, activer une machine, trouver une clef, etc. Et les enjeux de l'histoire... Et bien, on comprend assez vite que dans l'immeuble étrangement abandonné, il y a les appartement de quatre de nos patients ; et dans chacun de ces appartements se trouve une cassette audio. En lisant cette cassette audio avec le magnétophone de notre cabinet, on se trouve projeté dans un lieu qui a marqué la vie de notre patient. Ces lieux sont gigantesques et il s'agit apparemment de comprendre le traumatisme du patient, sa problématique, et aider l'incarnation monstrueuse du patient qui nous agresse dans ce lieu (qui est une espèce de réminiscence du passé) à trouver un petit peu de paix.

Donc on pense au début que les enjeux sont purement psychologiques. Sauf que non... Au fur et à mesure de notre enquête dans les différents lieux du passé (leurs projections oniriques), on découvre ce qui pourrait bien être une conspiration gouvernementale, avec des recherches scientifiques secrètes et une arme d'un genre nouveau. À l'enjeu psychologique succède ainsi une espèce d'enquête parano qui pourrait bien avoir un énorme impact sur le monde réel. Et tout ça, au sein d'univers indéfinissables issus des souvenirs de nos patients...

Difficile de trouver un sens logique à l'aventure de In Sound Mind. Globalement j'ai aimé car j'ai trouvé cette expérience touchante par moment (mention spéciale à la musique), mystérieuse souvent, pleine de créativité (les confessions des patients sous forme de chansons), avec des lieux oniriques qui proposent beaucoup au public en terme de recherche et d'interaction... Dans le bon sens du terme, il y a du « contenu » dans In Sound Mind, c'est une oeuvre assez généreuse pour un studio indépendant.

À côté de ça, j'ai souvent trouvé l'aventure désagréable voire même éreintante. L'incarnation monstrueuse du patient dans chaque monde nous traque sans relâche, et quand on doit trouver son chemin et/ou les interactions nécessaires, tout en étant harcelé et en perdant de la vie (car oui c'est aussi un « jeu de survie » avec des points de vie comme dans Half Life), c'est gonflant, stressant et épuisant. La collecte des comprimés dans chaque monde est aussi une source de stress car les lieux apparaissent vraiment énormes en terme de surface et j'ai vite compris à mes dépends qu'un comprimé pouvait devenir inaccessible définitivement si on ne le ramasse pas pile au bon moment. Il y a des moments où le vidéogiciel nous met la pression en terme de nombre d'ennemis, de dangers environnementaux et de ressources limitées (vie, munitions) alors que le contexte ne le justifie pas vraiment (pourquoi des enjeux de survie aussi poussés dans une enquête psychologique au sein d'un univers onirique ?). Je me suis souvent trouvé intimidé par la grandeur des mondes à explorer et la quantité de comprimés à trouver. Alors oui les comprimés sont facultatifs, mais je suis mentalement incapable de refuser un challenge qu'on me lance et que je sais que je peux réussir.

In Sound Mind n'a donc pas toujours été une partie de plaisir, loin de là. Mais... Aux moments éreintants ont toujours succédé des phases plus reposantes, introspectives. J'ai adoré par exemple revenir dans l'appartement de chaque patient, après avoir terminé leur monde, pour l'explorer attentivement et trouver le vynile caché de leur chanson. La musique dans ces moments est très douce, et les documents qu'on trouve et qu'on lit en disent beaucoup sur les luttes internes, les difficultés intimes de ces gens.

Donc même si sa maladresse me l'a rendu antipathique par moment, je ne peux que tout de même saluer In Sound Mind pour sa créativité, sa générosité et sa sensibilité. C'est une oeuvre très originale.

La traduction française est fiable, je l'ai trouvée très correcte. Par contre la performance et les graphismes sont assez pauvres... On sent que les développeurs sont plus des game designers que des génies du code. Le logiciel a été créé avec Unity. Si ce moteur me semble très prisé par les créatifs, je pense qu'il faut beaucoup de talent de la part des développeurs pour que les logiciels montés avec ne tournent pas comme des patates. Le frame rate vise les 60 images par seconde mais reste bien peu souvent aussi haut... Alors que toute évidence, la PS5 devrait être capable d'afficher tout ce qui se trouve à l'écran sans broncher. Dommage aussi que les développeurs n'aient pas du tout implémenté les vibrations sur la manette Dual Sense.

Verdict = ok

 

Note(s)

  1. ^ Présentation de l'éditeur sur le Playstation Store : lien

 

Galerie d'images

In Sound Mind_20211120081016.jpg, déc. 2021
Tonia la chatte est particulièrement belle et adorable. Quand elle se met à parler, un peu moins (on peut la caresser mais ce n'est pas une grande fan).
In Sound Mind_20211124071452.jpg, déc. 2021
Des icônes très visibles marquent les objets interactifs quand on s'en approche.
In Sound Mind_20211124071458.jpg, déc. 2021
Les enjeux sont souvent très terre-à-terre.
In Sound Mind_20211124073510.jpg, déc. 2021
Le seul moment où l'on verra la face du protagoniste : dans un photomaton.
In Sound Mind_20211124085227.jpg, déc. 2021
Esprits déformés, fantômes tourmentés, bleu violet flashy ; l'aventure se fait psychédélique.
In Sound Mind_20211127154340.jpg, déc. 2021
Les développeurs pris en flagrant délit de mendicité sur la voie publique : « faites nous de la pub siouplé »
In Sound Mind_20211127193354.jpg, déc. 2021
On explore différents lieux n'ayant pas grand chose à voir : un supermarché, une carrière, et ici, un gros bateau.
In Sound Mind_20211127212517.jpg, déc. 2021
C'est sombre, cliquez pour agrandir ; cette caisse sur la gauche bloque l'accès à un comprimé. Seul le boss du niveau pouvait détruire cette caisse, et maintenant, il est mort. Je ne pourrai plus jamais ramasser ce comprimé. Le seul qui me manque, de toute l'aventure !!
In Sound Mind_20211127215158.jpg, déc. 2021
...Une vie de chat. Au passage, notez l'un des objets clefs de In Sound Mind : le morceau de verre qui révèle derrière soit des secrets.
In Sound Mind_20211129215722.jpg, déc. 2021
Les adversaires sont vraiment étranges. Des êtres informes dont la tête luisante est le point faible à shooter.
In Sound Mind_20211130220735.jpg, déc. 2021
J'ai eu beaucoup mal à le croire mais il y a bel et bien un comprimé au sommet de ce pylône. Comment l'atteindre ?
In Sound Mind_20211212120828.jpg, déc. 2021
J'aime bien cette illustration. Tout le côté délirant du projet s'exprime ici, avec une palette de couleurs « flashy » qui ne ment pas sur la marchandise.
In Sound Mind_20211212123006.jpg, déc. 2021
Bienvenue dans une nouvelle zone gigantesque dans laquelle errer et fouiller jusqu'à plus soif.
In Sound Mind_20211212123659.jpg, déc. 2021
Je suis toujours subjugué par les progrès techniques des vidéogiciels. Ici, le fait que l'écriture sur des éléments de décor puisse être traduite.
In Sound Mind_20211217082808.jpg, déc. 2021
Quand les développeurs nous mettent face à un ennemi imabattable qui nous harcèle sans relâche, l'expérience devient franchement pénible.
In Sound Mind_20211217223053.jpg, déc. 2021
Voilà le genre de découvertes dignes des X-Files qu'on fait dans des environnements pourtant parfaitement irréels.
In Sound Mind_20211219112501.jpg, déc. 2021
La relation du héros avec sa minette est vraiment touchante.

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

20 lectures pour l'instant.