The Last of Us (PS3) // Le DLC « Left Behind »

2020.

J’ai aimé cette extension. C’est très rare que j’aime les extensions et j’avais détesté le jeu de base. Ou disons que son immense succès m’avait beaucoup frustré car je n’avais pas du tout été pris par le jeu et son histoire. Et pourtant le DLC Left Behind réussit beaucoup de choses.

Tout d’abord il donne une nouvelle facette à l’agaçante Ellie, toujours blasée et au bout de sa vie dans TLOU. Ici ce n’est pas elle qui est en demande d’affection mais une amie nommée Riley qui, après l’avoir « lâchée » 46 jours auparavant, cherche aujourd’hui à la « reconquérir ». Le jeu ne dit pas bien comment Riley a lâché Ellie ni quelle relation exacte elles avaient à ce moment-là, même si les deux parlent de cette relation comme des adultes le feraient de leur couple (« ce qu’on avait tous les deux c’était bien… Non, mieux que bien »). Au cours des trois petites heures que dure ce DLC Ellie embrasse Riley et on ne sait pas bien si c’est une première ou non.

J’aurais aimé que cette relation s’épanouisse un peu plus. Le DLC dure trois heures et c’est moins que le temps que les deux filles passent ensemble. Elles s’amusent dans un centre commercial alors que Riley est sur le point de quitter la ville. J’aurais aimé que cela aille plus loin qu’un bisou, qu’il y ait du sexe et des jours qui se passent. On sait que Riley ne va pas survivre puisqu’elle n’était pas dans TLOU, donc ça aurait été bien que les deux filles aient plus de temps ensemble pour justifier l’importance de la disparition de Riley pour Ellie.

D’ailleurs la fin m’a paru trop vite expédiée à mon goût. En effet, Riley se fait mordre et Ellie aussi. Et le jeu s’arrête alors que les deux décident de passer le plus de temps possible ensemble avant de se transformer. Générique. Un peu trop court à mon goût. On ne termine pas vraiment sur un pic émotionnel.

Avec Riley à un moment on fait une bataille de fusil à eau et Ellie veut vraiment l'emporter car ça vient après une tension entre les deux. Donc c’est chaud patate et surtout, après les premières eaux ça tourne en battle royale avec une goutte = mort, donc je ne te dis pas le stress. En plus Riley se planque, donc on dirige Ellie dans un décor vide, prêt à ce que Riley nous saute dessus, en pompant notre fusil à eau pour le charger à 100 %… Ambiance commando pour je crois le plus chouette moment de jeu de tout TLOU.

J’ai joué en mode normal avec les voix en Anglais sans sous-titre. Ce dernier point est top pour l’immersion et pour travailler son Anglais. J’ai compris facile 80 % donc ça me va. Le mode normal a une incidence dans la narration parallèle de ce DLC dont je n’ai pas encore parlée : le passage de TLOU quand Ellie s’occupe de Joel blessé. On la contrôle alors qu’elle doit récupérer une trousse de soin pour sauver Joel, et bien sûr sur son chemin il y aura des créatures et des humains. Bon, déjà la petite incohérence qu’il faut avaler c’est qu’on peut crafter des trousses de soin… Bref. Le mode normal m’a permis d’être un peu plus détendu et de m’amuser un peu plus dans les arènes (j’avais fait TLOU en Survivant et Réaliste). Le jeu est ultra généreux en ressources même si le plafond reste limité. J’étais donc dans les derniers chapitres full munitions et avec des bombes en rab. Parce que malgré mon arsenal je restais très économe… C’est dommage. En normal on sent peu voire pas de challenge car on a des sauvegardes pendant les confrontations, contrairement aux modes supérieurs. Donc contre les humains je n’ai pas vu beaucoup l’intérêt… Quand je mourrais je recommençais deux secondes avant.

Les séquences sympas sont contre les infectés, où là il faut les éliminer silencieusement mais « intelligemment », c’est-à-dire chacun à une certaine distance de l’autre pour ne pas qu’il entende. On peut aussi mettre plus facilement à contribution nos explosifs car il est aisé de réunir plusieurs infectés au même endroit en lançant une brique. Encore mieux, les deux séquences où dans la même arène il y a des infectés ET des humains… Et là c’est fendard car on a qu’à envoyer une cannette de bière près des humains pour que les infectés courent vers eux en hurlant et que les deux camps s’entre-tuent ^_^ et nous on compte les points en mangeant du pop-corn et on finit les survivants en lançant des cocktails molotov depuis notre position en hauteur B-}

Vous aurez donc compris que pour ma part ce DLC s’est vraiment bien laissé jouer. Il n’y a que la dernière arène contre uniquement des humains où j’ai revu la lourdeur de TLOU pointer le bout de son nez, avec ses arènes où trente mecs nous tombent sur la figure et où j’ai toujours navigué entre échecs/renaissances/radinerie envers mes munitions et explosifs laborieusement lootés. Ça + la dernière scène trop prématurée entre Ellie et Riley m’a fait terminer l’aventure sur une note moins cool que tout ce qui venait avant. En fait j’ai trouvé ce DLC vraiment plus habile, plus raisonnable, moins boulimique de loot et d’objets à collectionner. J’ai même lu les documents racontant ce qui arrivé aux militaires de l’hélicoptère qu’on cherche à rallier pour sa trousse à soin. C’est léger mais ça donne du sens à ce cadavre amputé d’un bras qu’on croise dans un conduit de ventilation…

Et puis franchement je ne m’attendais pas à ce que Naughty Dog arrive à m’intéresser à Ellie que j’avais trouvé nullissime dans TLOU. Là je ne dis pas non plus que l’écriture est exceptionnelle : il y a une joie forcée qui sonne faux dans pas mal d’échanges Riley-Ellie ; Riley est un personnage monodimensionnel comme pouvait l’être Ellie dans TLOU. En fait, ça me fait penser que le scénariste semble incapable de faire exister dans la même histoire plusieurs facettes d’un même personnage… Il a fallu un DLC pour qu’Ellie trouve une vérité à mes yeux. Riley n’a pas cette chance évidemment.

J’ai bien ri quand Ellie accepte d’imiter le hurlement d’un loup-garou une fois le masque revêtu. Je crois que c’est là que je l’ai adoptée…

Verdict = vaut le coup !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

6 lectures pour l'instant.