Homefront : The Revolution (PS4) // Le DLC « The Voice of Freedom »

2020

Terminé en mode normal, avec R2/L2 en tir/visée.

On voit la tête de Ethan à la fin ! Il a l’air tout gentil tout innocent.

Sympa d’entendre son personnage parler ! En fait on incarne le fameux Benjamin Walker lors de son arrivée à Philadelphie, jusqu’à sa rencontre avec le héros qui marque le début du jeu d’origine.

On affronte les 9-0, un groupe inconnu dans les tunnels de métro qui le restera jusqu’au bout. J’ai bien aimé l’introduction qui fait peur, où on découvre que les 9-0 sont des barbares qui capturent des gens et les obligent à se battre jusqu’à la mort, mais en fait la confrontation avec eux se limite à deux ateliers, le premier une infiltration légère en deux minutes (aussi simple qu’un tuto), le deuxième, le gros morceau de ce DLC, une salle avec un véhicule sur des rails et des ennemis qui patrouillent, qu’on peut tous tuer silencieusement mais qui ont une tendance aléatoire et très agaçante à réapparaître (?!?).

J’ai donc galéré dans cette salle, avant d’enfin y arriver proprement sans me faire repérer et sans perdre de vie (et trois trophées dans ma poche numérique, trois). Je dois dire que c’était plutôt cool de coller les explosifs au véhicule blindé à travers la fenêtre de la rame de métro !

On a droit ensuite à une échappée en moto de 50 secondes, rigolote mais ultra simple car les développeurs ont désactivé tous les frottements avec les murs… Étant donné que l’on roule dans des rames de métro, heureusement car sinon ce serait injouable.

Le potentiel était là pour une aventure de survie horrifique, façon Walking Dead, qui aurait écœuré Walker au point de justifier sa trahison de la Résistance, mais non…

Verdict = ok

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

8 lectures pour l'instant.